FEGUIFOOT : LE CHALLENGER D’ANTONIO PLUS-QUE-DÉTERMINÉ BOUBATRY EN MODE OFFENSIVE

Les elections au sein de la feguifoot du 14 mai risquent de réserver des surprises. C’est ce qui laisse croire notre entretien téléphonique de ce jour avec le candidat à la présidence présenté par l’As Kaloum du grand Bouba Sampil,le club mythique de la presqu’île de GBASSIKOLO,le GBINGBIN SO. A notre question de savoir quelle évaluation fait-il de ses chances de remporter la victoire le 14 mai au soir ? Le candidat Boubatry Touré nous a répondu sans ambages : # J’ai rejoint mon directeur de campagne Salifou Camara Super V pour affiner nos armes avec notamment nos avocats qui ont de l’expérience dans les rouages judiciaires internationaux et qui sont sur le dossier pour le cas où. Un dossier pourtant très simple au vu des textes réglementaires qui régissent notre fonctionnement ( Statuts,code d’éthique,code électoral..).
Je ne suis pas venu dans cette élection pour la perdre, dans les conditions normales. Une election n’est jamais gagnée d’avance, je le sais. Mais j’ai évalué mes chances avec mon staff avant de m’engager. On s’est dit que s’elle se tenait dans des conditions d’éthique, d’équité,de transparence et juridique qui répondent aux normes des textes de loi qui s’imposent à tous les candidats sans exception alors je n’ai aucun souci à me faire. Je suis bien parti pour porter haut le flambeau tricolore pour les 4 prochaines années. Je suis un candidat propre,disposé à competir avec n’importe quel autre candidat dans le fair-play, pour autant qu’il réponde aux critères d’éligibilité encadrés par nos statuts et textes réglementaires. Seule gage d’une élection équitable et transparente dont les résultats s’opposent à tous. Notre football aujourd’hui qui se cherche ne demande pas mieux. Ce n’est pas trop demander de respecter et de faire respecter les textes dont nous sommes le garant statutaire. Un président sortant n’est pas UN SUPER Homme. Il est soumis aux mêmes contraintes, aux mêmes dispositions réglementaires que n’importe quel membre statutaire.Tous les membres statutaires qui répondent aux critères se valent. Il n’existe pas de membre statutaire supérieur aux autres. Tous les candidats sont égaux face à la loi et aucun candidat n’a le droit d’imposer par des ruses, la corruption, la manipulation, le chantage,des coups tordus,des violations des textes, des relations intéressées…sa vue,sa posture, ses désidératas aux parties prenantes ( autres candidats, différentes commissions impliquées dans le processus électoral ) afin de passer entre les mailles du filet.
Nous sommes justement ici réunis à l’étranger pour cela pour parer à toute éventualité,connaissant les capacités de nuisance de mon adversaire, le président sortant dont les activités malsaines au sein de notre football se passent de commentaires. Le président sortant a provoqué tellement de conflits inutiles qu’il a gérés durant ses 4 ans de mandat ure, tellement de crises insensées nous conduisant au chaos actuel, que la venue de nouveaux gestionnaires à la fédération s’imposent nécessaires pour redorer le blason de notre sport roi. Dix ans de secrétariat général d’un grand club comme l’As Kaloum procure de l’expérience suffisante pour conduire aux destinées de notre football aujourd’hui qui se cherche. C’est ce qui a motivé ma candidature, ma détermination et mon engagement à me mettre au service de la jeunesse guinéenne entant qu’homme neuf,du sang neuf dont elle a besoin pour aller de l’avant.
Les premières mesures prises par la commission d’éthique de la fédération par rapport à ces élections sont rassurantes. Elle vient de lancer un avertissement au secrétaire général de la fédération, Maurice Akoi pour avoir facilité aux personnes en situation de conflit d’intérêts ( employés de la fédération et cumulativement membres statutaires )l’accès de la salle par la délivrance des badges et leur participation interdite au vote.Ses employés en situation de conflit sont interdits de badges, de la salle du congrès,de toute participation au vote du 14 mai. Cette décision courageuse de la commission d’éthique rappelle celle qu’elle avait prise contre le vice-président président Amadou Diaby dans l’affaire du présumé racket du Syli national.
Cette une grande décision qui rassure tout candidat comme moi, prêt à aller dans des élections propres sans aucune accommodation avec l’illégalité. Dans la même lancée je garde grand espoir que ma dénonciation ( plainte )portée devant elle le 7 avril par voie d’huissier contre le candidat Souare qui est INÉLIGIBLE dans ces élections en la faveur de sanctions prononcées contre lui par la commission d’éthique de la fífa le 9 mars pour des violations du code d’éthique de la fífa sera examinée avec diligence,bienveillance conformément à la loi.L’article 33;4 des statuts de la fédération interdit à tout candidat d’avoir été jugé et reconnu coupable de violations du code d’éthique durant les 5 ans précédant sa candidature. M Souare est seulement à 1 mois de son jugement au cours duquel il a plaidé coupable.Le jugement ne peut faire l’objet d’appel.
Sur le fondement de ce pertinent article des statuts de la fédération, je suis convaincu que la commission d’éthique va poursuivre son rôle majeur de respecter et de faire respecter le droit face auquel tous les acteurs sont égaux. Avec ses premières prises de positions légalistes, mon équipe et moi n’avons aucun doute la dessus. Elle dira le droit. Et c’est tout à son honneur. C’est ce que le peuple attend d’elle sans aucun parti pris.#
Comme on le voit ceux qui croient que le candidat de l’As Kaloum est venu faire de la simple figuration,en auront pour leur compte au terme de ces consultations électorales passionnantes et palpitantes.
Cliquez pour découvrir l’image du candidat BOUBATRY dans l’avion qui le conduit vers son directeur de campagne Salifou Super V
    Ousmane Conte

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*